15 mai 2020
texto

En début d'après midi, un numéro inconnu appelle le fixe de la maison. C'est moi qui m'y colle, m’apprêtant à servir mon refrain habituel à ces forçats du téléphone, parfois basés dans de lointains pays francophones : « Monsieur, Madame, je comprends votre travail mais je ne donnerai pas suite… Bon courage ! ». Et je raccroche…

crayonVos réactions et commentaires sur le forum