Billets

15 juin 2019

Le témoignage d’un grand militant


Mobilisés pour une retraite convenable, les adhérents de l’APRC participent à bien d’autres enjeux de société. Ils ont une expertise particulière de l’Église catholique, de ses structures, des mécanismes conduisant aux dérives sectaires. Leurs expériences les conduisent  à contester les dogmes et  les institutions d’un culte particulier, tandis que l’association concentre ses forces sur un objet social particulier la bonne application des règles de la sécurité sociale à tous les assurés du monde cultuel notamment au titre des droits à la pension vieillesse garanti par les règles d’assurance et non par des mesures d’assistance.

Au titre de ces avis d’experts sur l’actualité en particulier de l’Église catholique, Charles Condamines nous a  confié  son article « POUVOIR ECCLESIASTIQUE, CELIBAT CONSACRÉ ET PEDOPHILIE. » Article que l’on trouvera par ailleurs sur son blog : https://blogs.mediapart.fr/charles-condamines/blog/270219/pouvoir-ecclesiastique-celibat-consacre-et-pedophilie    . Une pensée qu’il avait déjà exposé dans un article du journal Le Monde en 2010 :  https://www.lemonde.fr/idees/article/2010/03/25/pedophilie-le-droit-canon-est-desormais-inadapte-par-charles-condamines_1324340_3232.html

Outre son expertise particulière du monde « catho », Charles  est avant tout un défenseur d’humanité ainsi qu’en témoigne la page que Wikipédia lui consacre :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_Condamines

Mais voici qu’il revient aujourd’hui  au statut qui lui fut accolé, celui d’être « parti ». Il présente son livre « J'étais prêtre et ne suis plus chrétien » par cette confidence daté du 28 mai :  « Tel est le titre de mon dernier livre. Ce sera bien le dernier. Mon cancer a déjà migré du poumon au cerveau ».

Il expose ensuite l’objet de son livre, où tant d’adhérents de l’APRC se reconnaitront: « Dans ce livre je raconte  la mère et la terre chrétiennes qui m’ont enfanté, ma montée vers l’autel et mon immersion dans les bidonvilles du Chili d’Allende.

Applaudi par l’immense majorité des catholiques chiliens, le coup d’état du 11 Septembre 1973 marque la fin de ma vie antérieure. Le dieu au nom duquel il fut perpétré par Pinochet ne pouvait plus être le mien. Depuis cette date, je ne suis plus ni prêtre ni chrétien.

Je croyais que ce "coup divin" était la cause de  tout. Mais la récente émergence d'un islam souvent sanguinaire  m'a amené à allonger et élargir la perspective. A bien des égards, j'ai été djihadiste et notre chrétienté fut notre califat.

Dans notre pays,  les  prêtres défroqués se comptent par milliers. On en parle peu (sauf en cas de mariage) et beaucoup sont  embarrassés par leur passé. Quoiqu'il en soit, chrétiens ou pas,  nous n’avons  pas été les derniers à beaucoup souffrir de l'organisation, du discours et des comportements de notre "mère la sainte église catholique". Jusqu'à ne plus pouvoir les supporter.

Écrire ce livre m’a permis de mieux me connaître moi-même et de découvrir par exemple, qu’avant d’être jugé, le cardinal Barbarin nous avait accusés, nous , "les partis",  d’avoir fait plus de mal que les prêtres pédophiles restés dans son église! »

Merci Charles, c’est si bien dit ! - JD

version pdf