oct. 12, 2019

Communauté de la Douce Mère de Dieu


 Communauté de la Douce Mère de Dieu (Doce Mae de Deus)

Fondée en 1989 au Brésil par Alexandre da Silva (né en 1958) et trois autres jeunes, en France depuis 2006

 

Issue du Renouveau Charismatique

Statut civil ?

  • Date du décret de reconnaissance comme congrégation ?

  • ou lieu et date du dépôt des statuts civils

Association : FRATERNITE BRESIL FRANCE.

Identification R.N.A. : W831006756

No de parution : 
20160051
Département (Région) : 
Var (Provence-Alpes-Côte-d'Azur)

Lieu parution : Déclaration à la sous-préfecture de Draguignan.
Type d'annonce : 
ASSOCIATION/CREATION


Déclaration à la sous-préfecture de Draguignan. 
FRATERNITE BRESIL FRANCE. Objet : organiser régulièrement des rencontres, des moments festifs et de partage, afin de promouvoir la convivialité et les échanges entre français et brésiliens ; favoriser l’échange culturel à partir d’animations musicales et d’autre activités artistiques diverses ; visiter les familles en difficulté ainsi que des personnes dans des situations de solitude. Siège social : 1, place de l’Eglise, 83580 Gassin. Date de la déclaration : 5 décembre 2016.

 

 

Statut canonique :

  • actuel : association privée de fidèles, de droit diocésain

  • étapes du statut canonique, dates ?

  • personnalité juridique (au sens du droit canon) ?

  • Autorité de tutelle : évêque de ?

Statut des membres des communautés : « composée d’hommes, femmes, de couples, de femmes consacré au célibat et de prêtres ».

Communautés mixtes, hommes et femmes ?

Etapes de vie religieuse : ?

Affiliation à une caisse de retraite ?

Responsable : Inaldo da Silva, fondateur et modérateur général

Maison mère :

Site internet :

Implantations – en France : Gassin (Place de l’Eglise, 83580 Gassin) et Besse sur Issole (Place de l’Eglise, 83890 Besse-sur-Issole) – à l’étranger ?

Nombre de maisons – 2 en France

Nombre de membres ?

 

Pourquoi ce recensement ?

Parmi les adhérents de l’APRC (association pour une retraite convenable), certains ont quitté une communauté nouvelle et s’inquiètent de leurs droits à retraite. Pour mieux les aider, pour être plus à même de négocier avec les autorités, tant civiles que religieuses, il est nécessaire que nous appréhendions mieux le phénomène « communauté nouvelle ».

Il est bien difficile de définir ce qu’est une « communauté nouvelle » : les unes ont obtenu de l’Etat un français un décret de reconnaissance de congrégation, les autres se sont contentées d’un statut d’association loi 1901 ; le statut canonique des unes et des autres diffère, ainsi que l’autorité de tutelle... En outre, les buts initiaux des associations ont évolué ; les communautés se sont adaptées en créant des sous-groupes pour fédérer tant les actifs que les contemplatifs par exemple. C’est un dédale de création. Plutôt que de définir une forme de vie, partons des communautés créées grosso modo après la dernière guerre mondiale (plus tôt pour quelques unes).

Vous pouvez nous aider :

Nous souhaitons, à terme, renseigner différentes données, à caractère tant administratif que religieux. Nous avons essayé d’obtenir des informations auprès des communautés concernées (parfois sans succès) et pris les renseignements trouvés sur les sites des unes et des autres ainsi que dans le journal officiel.

- Si vous constatez des erreurs, merci de nous les signaler.

- Si vous connaissez les réponses aux points d’interrogation, merci de nous donner les réponses, si possible avec des références précises, voire copie des pièces (par exemple les statuts civils).

Si vous souhaitez réagir plus globalement sur le phénomène, le forum « communautés nouvelles » de l’APRC est public. Vous pouvez vous y exprimer.