Les AMC qui sont-ils ?

Ils ont un jour quitté l'institution, la communauté, collectivité ou congrégation religieuse, catholique ou d'un autre culte, dans laquelle ils s'étaient engagés.

Ils ont ainsi été :

  • religieuse ou religieux, moine ou moniale
  • communautaire
  • prêtre, pasteur……
  • novice, postulant, stagiaire, familier….

Quel qu'ait été leur statut dans les institutions, on les appelle AMC, sigle qui regroupe les anciens "ministres du culte et membres de congrégations et communautés religieuses" sous le terme générique de "anciens ministres du culte".

Les départs :

Dans le culte catholique, la première vague de départs se situe entre 1968 et 1988. Elle s'inscrit dans les courants de pensée et le contexte social de l'époque.
Cependant, avec la création de "communautés nouvelles ", issues du Renouveau Charismatique vers les années 1970 ainsi que de la recherche d'une nouvelle vie contemplative, beaucoup de personnes sont entrées… et ressorties. Parmi elles, des couples, avec ou sans enfant.
Des communautés ont également été créées en France à l'initiative de toutes les autres religions - et, ici encore, il y a des départs....

Les motifs de départ
des membres de communautés, congrégations, collectivités, diocèses

Les motifs de départ sont très variés. Ils vont de la remise en cause d'une situation personnelle (engagement ecclésiastique ou communautaire, vie affective et relationnelle, développement personnel….) à la remise en cause du fonctionnement de l'institution (règles de vie, projets d'Église ou de communauté, dérives sectaires, gestion des finances…).

Pour comprendre en partie les mécanismes de certains de ces départs dans l'Eglise catholique,

téléchargez ici (format pdf) l'enquête faite par JONAS en 2000.
Adresse : Presbytère 27240 Gouville
http://www.groupes-jonas.com

e-mail : jonas@synodparvis.com

Les conditions du départ

A leur départ d'un diocèse, d'une communauté, d'une collectivité ou d'une congrégation, les AMC sont retournés dans la vie sociale et économique avec des " fortunes " diverses.

  • Certains avec une formation et des diplômes suffisants pour trouver rapidement un nouvel emploi (essentiellement dans le tertiaire),
  • D'autres en conservant leur emploi d' hospitalier, enseignant ou autre
  • Un grand nombre a choisi de partir, bien que sans métier ni qualification négociable. Ce fut le cas de beaucoup de femmes qui avaient exercé des missions de service dans leur communauté ou les paroisses.
  • Et, phénomène nouveau aujourd'hui : certains partent sans que leurs communautés aient jamais cotisé pour eux à la caisse de retraite des cultes...

Le nombre des AMC

En 2008, la CAVIMAC verse une retraite, pension de réversion comprise, à 10 563 AMC, toutes religions confondues mais il s'agit là uniquement :

  • des personnes qui ont déjà pris leur retraite
  • et qui avaient été déclarées par leurs communautés respectives
  • quid des autres ?

C'est dire que le nombre de 10563 ne couvre qu'une partie des personnes qui ont quitté les communautés religieuses !